Элитная недвижимость на Французской Ривьере — Лазурный берег | Trade Immo International — Beaulieu sur Mer

Rénovation énergétique : sur quelles aides compter ?

Crédit d’impôt pour la transition énergétique, aide de solidarité écologique, éco-prêt à taux zéro… Plusieurs aides ont été mises en place pour inciter les français à rénover leurs appartements et maisons. Encore faut-il le savoir et bien les connaître pour optimiser la réduction du coût de ses travaux.

Tout savoir sur le crédit d’impôt pour la transition énergétique

Depuis le 1er septembre 2014, les travaux d’économies d’énergie que vous entreprenez ouvrent droit à un crédit d’impôt. Plus simple à déclencher et plus généreux que l’ancien crédit d’impôt développement durable (CIDD), le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE), accorde un avantage fiscal de 30 % du montant de la dépense. Un taux unique et ce quelle que soit l’ampleur de vos travaux. L’avantage fiscal du CIDD, anciennement arrêté à 25 % de déduction, nécessitait la mise en œuvre d’au moins deux types de travaux. Aujourd’hui, avec le CITE, un seul type de travaux suffit pour tirer avantage du dispositif. Le plafond de dépense reste quant à lui fixé à 8 000 € pour une personne seule et 16 000 € pour un couple soumis à imposition commune (+ 400 euros par personne à charge), un plafond qui s’apprécie sur 5 ans.

Bénéficier de l’éco-prêt à taux zéro

Autre solution pour financer vos travaux : souscrire un prêt à taux zéro écologique (éco-PTZ). Il y a cependant certaines conditions à remplir pour en bénéficier. Vous devez faire réaliser au moins deux types de travaux figurant parmi ceux-ci : isolation de la toiture, des murs donnant sur l’extérieur ou des ouvertures ; travaux d’installation, de régulation ou de remplacement d’un système de chauffage, y compris la production et la ventilation ; installation d’équipement de chauffage ou de production d’eau chaude utilisant une source d’énergie renouvelable. Si vous remplissez ces conditions, vous pouvez prétendre à 20 000 € de prêt remboursable sur 10 ans, ou 30 000 € sur 15 ans pour trois types de travaux réalisés, ou dans le cas d’un projet plus lourd visant l’amélioration de la performance énergétique globale du logement.

Attention néanmoins à choisir l’aide la plus intéressante en fonction de votre situation, l’éco-PTZ et le CITE n’étant pas cumulables (excepté si vos revenus ne dépassent pas 25 000 € pour une personne seule et 35 000 € pour un couple, + 7 500 € par personne à charge). L’éco-PTZ sera généralement plus rentable que le CITE si vous devez souscrire un prêt pour financer vos travaux.

Aide de solidarité écologique, les conditions à remplir

S’adressant aux propriétaires occupants et bailleurs sous conditions de ressources, l’aide de solidarité écologique (ASE) est accordée pour des travaux d’amélioration énergétiques effectués sur des logements achevés avant le 1er juin 2001. La somme allouée est calculée sur le revenu fiscal de référence des personnes occupant le logement (indiqué sur l’avis d’imposition de l’année N-2, soit celui de 2013 pour une demande en 2015). Le montant de l’aide peut aller de 1 600 à 2 000 € pour les propriétaires occupants, et est fixée à 1 600 € pour les propriétaires bailleurs. Des plafonds de ressources ont également été mis en place par l’Agence nationale de l’habitat (Anah) et sont consultables sur leur site internet.

L’attribution de l’ASE engage en contrepartie les bénéficiaires à améliorer significativement la performance énergétique du logement, à hauteur de 25 % pour les propriétaires occupants et de 35 % pour les propriétaires bailleurs, expertise à l’appui.

Ces aides de financement sont à étudier en fonction du projet de rénovation énergétique que vous portez. Bien optimisées, elles permettent de sérieuses économies sur les travaux d’économie d’énergie. L’occasion pour vous de vous tourner vers un bien qui nécessite des travaux en vous projetant plus facilement !

Вернуться в блог

Что вы ищете?